HOPE, un nom plein d’espoir

Ce matin, en checkant les réseaux sociaux, j’ai eu un rappel pour un event qui me sembait intéressant. Mais au moment où j’avais liké, je n’étais pas certaine d’être dispo.

Donc, bonne surprise vu que j’étais en congé ce week-end. J’en parle à BarbaPapa et je lui propose de garder petit pépère pendant que je vais là-bas avec Loulou.

C’est donc vers 14h environ que Loulou et moi sommes arrivés au salon HOPE

43140813_589195048161789_5471666963623182336_n

Je pensais que j’allais peut-être rencontrer des créatrices dont j’ai déjà testé quelques produits…mais non. Leurs produits étaient là sur différents stands mais elles n’avaient pas un stand bien à elle.

Pas grave, j’ai fait de très belles rencontres!

Un salon avec des talents made in Belgium…et même parfois encore plus proches…des made in Namur.

Un salon où rien ne se perd, un salon rempli de good vibes, de génies plein d’enthousiasme.

Un salon où Loulou a pu boire des bons jus de pommes (pommes/fraises, pommes/cerises etc) et maman un chocolat chaud à tomber par terre.

Un salon où Loulou a pu jouer à des jeux en bois, style jeux à l’ancienne. Du coup, moi, j’en ai profité pour prendre les coordonnées histoire de pousser l’association de parents de l’école du village à louer quelques jeux pour la fancy fair.

Bref…un salon où petits et grands ont de quoi s’occuper et aussi dépenser. Bin oui, forcément quand on blogue, on a envie de tout tester…donc, j’ai encore craqué:

Une bouteille isotherme 50cl de chez Fées Maison, un bonnet et un snood du Petit Potager, un livre de ” Expressiondesagesse” et une glace zero complexe de chez Hopopop.

Bref, comme vous le devinez…j’ai de quoi faire plein d’articles 😉

Bien sûr, il y a des tas d’autres choses que j’aurais aimé acheter et vous parler mais ce sera une prochaine fois…mon portefeuille, en fin de mois, fait un peu la tête.

Nous allons peut-être y retourner demain…mais à 4…car il y a une balade zéro déchet organisée à la citadelle. C’est une jolie opportunité pour sortir en famille.

Les rails Vs le tableau noir

Comme vous le savez peut-être déjà si vous me suivez depuis le début… Et surtout si vous faites partie des courageux qui ont lu mon article “Vis ma vie de maman cheminote“, j’aime le changement professionnel.

Facebook me rappelle qu’il y a 2 ans je prenais une autre voie que celles des craies.
Je vous ai partagé le rythme d’une journée sur les rails. J’ai fait une brève allusion aux avantages et difficultés de ma nouvelle fonction.

Mais il est temps que je fasse un petit bilan. Juste comme ça, parce que en 2 ans, il s’est passé tellement de choses.

À vous qui me rappelez sans cesse à quel point je suis “folle d’avoir quitté l’enseignement”… Faisons le point ensemble sur ce que j’ai perdu/gagné.

196112_10151059365560734_396531620_n
Quand j’étais dans les classes
1. Le plus gros avantage est bel et bien les congés ! Non, je ne parle pas des horaires mais des congés. Si vous avez des enfants, c’est clairement la position idéale. Vous n’êtes pas obligé de chercher des solutions de garde pour les 2 mois d’été. Ceci dit, rester 2 mois H24 avec ses gosses, on peut vite devenir fou. Donc, il y en a beaucoup qui mettent tout de même leurs enfants en stage.


2. Les horaires. Ça se discute. Pourquoi ? Ah… Tu croyais que je finissais à 15h30 et donc que j’étais à la casa disons vers 16h? T’es un “comique”toi (mais je ne t’en veux pas,no stress). Sérieux, tu ne dois pas être très au courant que beaucoup de profs n’ont pas l’immense privilège de bosser près de chez eux. Et je faisais partie de celles et ceux qui avaient de la route à faire. Étant navetteuse (train), je peux te dire que j’étais loin d’être la seule. Donc… Les horaires, c’est bien quand t’enseignes près de chez toi. Parce que sinon… Bin oublie. Avec la navette en voiture(vers la gare), train (vers Bruxelles) et encore en métro… J’avais une heure de trajet chaque jour aller et une heure retour. Sachant que nos horaires ne sont pas flexibles comme pour les bureaux… Ça peut faire des horaires assez matinaux. En gros, je me levais vers 05h45 et devais quitter mon domicile au plus tard à 06h30. Le soir, le temps d’aller recherche les enfants…j’étais rarement chez moi avant 17h30-18h.

3. La sécurité de l’emploi, on en parle ? Oui, y en a une fameuse… Uniquement si tu es nommé. Mais sais-tu combien de temps ça prend pour être nommé ? Sais-tu à quel point le système est complexe car: il faut occuper un poste vacant, il faut être temporaire prioritaire blablabla. Dans certaines fonctions comme celle des maîtres spéciaux, il arrive que tu ne sois jamais nommé selon le pouvoir organisateur dans lequel tu es. Bref… J’ai pas à me plaindre… Je suis/j’étais nommée. Et une fois que tu es nommée…à moins de commettre une faute très grave, il ne peut plus t’arriver grand chose.

4. Eh…le salaire? Mwais, bof. Disons que j’ai connu pire et je connais mieux. Un prof gagne correctement sa vie mais pas non plus de quoi rêver. C’est sûr que mon salaire était meilleur que dans l’hôtellerie (oui, j’ai aussi bossé là-dedans comme réceptionniste), meilleur que ma soeur qui bossait en agence de voyage…mais je gagne nettement mieux ma vie sur les rails! L’avantage: tu suis une échelle barémique bien définie et tu as une augmentation tous les 2 ans. Donc, en gros, tu es certain d’être augmenté alors que dans le privé, tu dois négocier tes augmentations.

5. D’autres avantages? la carte prof et c’est tout. Des chèques repas? NON. Quoique je viens d’apprendre qu’une copine en reçoit…donc ça dépend des Pouvoirs Organisateurs. Mais ce n’est clairement pas monnaie courante et pas une obligation. Une assurance ? NON! Une mutuelle? NON. Une carte essence ou une voiture de société? Mouhahaha, tu rêves mais , c’est beau de rêver. Par contre, tu as droit à un remboursement de tes transports en commun. Une fois de plus, ce remboursement n’est pas identique partout. Mais c’est minimum 50% .

Certain(e)s mauvaises langues ajouteront: les heures de travail: 20 à 24h / semaine.

Mouahahaha! Oui, ça peut se réduire en effet à ce nombre d’heures SI et SEULEMENT SI:

  1. Tu fais absolument toutes tes corrections à l’école durant tes pauses.
  2. Tu gardes le même cours, les mêmes feuilles , les mêmes copies etc durant toute ta carrière.
  3. Tu fais tes bulletins durant tes pauses.

Alors oui…bien sûr qu’il y a des enseignants “glandeurs” qui ne modifient pas le cours d’années en années. Oui il y a des faignants qui ne se cassent pas la tête pour être un peu créatifs et qui suivent uniquement les manuels. Oui il y a des démotivés qui corrigent pendant d’autres interros pour gagner du temps et tant pis si ça triche … C’est comme partout! Il y a toujours des personnes qui font et feront le strict minimum.
Mais il y a aussi…et en grande majorité, en bien plus grand nombre que les glandeurs…des profs qui , le soir, en rentrant chez eux vont remanier leurs leçons car elles n’a pas “fonctionné” et que ça les embête. Il y en a des profs qui, à la longue, s’ennuyant de donner la même leçon depuis un an ou 2, vont chercher une nouvelle matière ou nouvelle façon d’aborder celle-ci. ET il y en a des profs qui aiment se lancer dans des projets collectifs (avec d’autres collègues) ou individuels pour leurs élèves…
ET ils sont nombreux…parce que, croyez-moi, les profs glandeurs, démotivés…ils ne resteront pas …et si ils restent, ils resteront mais malheureux, iront bosser avec des pieds de plombs.

Parce que beaucoup parmi vous oublie que prof c’est aussi:

  1. Le bruit constant de 20 à 30 enfants. Même si vous avez une bonne discipline, il persistera toujours un bruit de fond qui…à la longue, peut être psychologiquement usant. Perso, je l’ai vécu en tant que fille d’instit et je l’ai vécu en tant que maman prof…En rentrant à la maison après les heures de cours…il ne fallait surtout pas commencer à allumer la radio, la tv et à crier dans tous les sens…car mon dieu, quelle horreur! Stop! J’en peux plus du bruit!
  2. “Te battre” pour faire apprendre à une génération de jeunes qui ne fonctionnent plus comme toi et moi.
  3. Avoir une énergie de dingue pour capter en permanence l’attention de cette génération de zapping.
  4. C’est aussi faire face à des situations parfois complexes en classe…soit parce que tu débutes dans le métier et qu’évidemment on te donne les classes dont personne ne veut. Vu que tu débutes, tu t’en ramasses plein la tronche par ces jeunes qui te testent. Ma première année en secondaire…combien de fois ne suis-je pas rentrée en larmes chez moi …Parce que je m’étais démenée en préparant mes leçons, je m’étais cassée la tête pour trouver un truc sympa…mais manque d’expérience, j’étais “recalée”, bafouée, testée à longueur de temps par des ados en crise qui n’ont plus trop le sens du respect.
  5. C’est aussi les réunions de parents le soir…qui font que tu rentreras plus tard et vu que tu es en train…tu ne verras probablement pas tes gosses.
  6. C’est justement ces parents…dont une partie (ouf, pas tous) sait tout mieux que toi…n’est pas d’accord avec toi…et est persuadée que tu es en tort car son enfant est le plus sage de tous (ou pas).
  7. C’est travailler dans un milieu très féminin…donc…beaucoup de ragots et de langues de vip qui peuvent parfois te faire fortement souffrir. OUF, je n’en ai pas souffert mais j’ai vu des jeunes collègues en pâtir.
  8. C’est bosser avec toujours moins de moyens et dans un système qui nivelle tout par le bas…
  9. N’espère pas avoir de reconnaissance…pas de récompense…mais par contre, pour te dire tout ce qui ne va pas, y aura toujours quelqu’un: un inspecteur, un directeur, un collègue, un parent….

En lisant tout ceci, on pourrait croire que je n’aimais pas le boulot: FAUX! J’aimais et j’aime toujours ce métier qui est, probablement, l’un des plus beaux. D’ailleurs, un de mes objectifs aux chemins de fer serait de devenir formatrice…

Alors pourquoi suis-je partie?

Primo, cela faisait un an ou 2 que je ralentissais, je perdais ma motivation…et surtout, j’étais en train de devenir tout le contraire du prof que je voulais être: cassante. Je n’avais aucune envie de blesser des enfants en pleine construction…Donc, j’ai dit STOP!

Deusio, je me suis vite rendue compte que j’avais peut-être fait une erreur d’options. J’aurais peut-être été mieux en instit qu’en prof de langues…Pourquoi? J’aime les projets en tous genres. Mais quand t’es maître spécial, tu n’as pas vraiment l’occasion d’en développer énormément et ça m’a beaucoup manqué.

La troisième raison va de paire avec la deusio 😉 Je commençais à ressentir beaucoup de frustration. J’avais commencé à tester la “méditation” avec des classes, ça fonctionnait bien…Mais pas le temps de développer cela. J’avais envie de me sentir plus utile pour les enfants, de m’investir plus dans les méthodes/pratiques qui aident les jeunes…bref, pas trop ma fonction de maître spécial. Ceci dit, je garde en tête mon objectif de suivre une formation indépendante dans le domaine… Je n’en démords pas.

Un ras le bol s’est donc installé…marre de répéter sans cesse les mêmes choses pour ne voir aucun résultat. Marre de voir que les enfants ne savent plus étudier 10 mots et les retenir sur du long terme…
Mais j’aimais vraiment malgré tout ce que je faisais.

Alors pourquoi je suis partie?

Parce que j’avais besoin de changements, besoin de sentir que je pouvais évoluer. Quand tu es prof…bin tu restes prof ou tu passes à la direction. Ayant vu ce que ça apportait comme ennuis à mon Padre (ex dirlo), je ne voulais pas de ça.
Je ne regrette pas. Parce que, même si mon job actuel est moins créatif, il m’apporte d’autres choses.

Sur les rails, pas une journée ne se ressemble…parce que même si ça roule sans encombre, vous croisez toujours des nouvelles têtes. Perso, quand je peux prendre le temps, j’aime taper la tchat avec les voyageurs. Et j’ai déjà fait de belles rencontres.

Au chemin de fer, j’ai plein d’horizons divers qui s’ouvrent à moi pour évoluer.

Dans les trains, j’ai de sacrées responsabilités, je me sens utile…d’une toute autre façon mais utile quand même (même si c’est pas évident tous les jours et qu’il y a beaucoup de frustration aussi).

Est-ce que je reviendrai en arrière?

Parfois je doute…car je vous l’ai déjà dit dans un précédent article, c’est hard physiquement et pas évident pour la vie de famille.
Mais, je me connais. Je n’en suis pas à mon premier coup d’essai. Je sais que, en général, lorsque je prends une telle décision, ce n’est pas pour revenir en arrière. Je suis pas comme ça. J’aime aller de l’avant (même si parfois , ça me prend du temps). J’aime (me) surprendre sur le plan professionnel. J’ai besoin de nouveaux défis et j’en ai quelques uns en tête.
Alors, peut-être que je reviendrai dans “les écoles” (je vous l’ai répété, j’ai un projet en tête qui ne me quitte pas), peut-être que je repasserai un pied dans la pédagogie…mais probablement pas dans la même case…
PS: Les illustrations : j’avais trouvé de super dessins illustrant parfaitement bien mes propos. J’ai pris contact avec l’auteur mais il a refusé que je m’en serve. Je respecte ce choix. C’est pourquoi, à la place d’avoir de merveilleux dessins, vous avez des croquis super nuls faits par mes soins…Je devrais peut-être prendre des cours mdr 😉

L’important dans tout cela, c’est de toujours faire un boulot dans lequel on s’épanouit! Car au final, le travail, c’est là où on passe une grand partie de notre vie. Alors, autant que ce soit agréable!

Manger des champignons…

Pour cette année scolaire, j’ai décidé de tester de reprendre mon aîné au moins 1x/semaine le midi à la maison. Vu que je bosse principalement le soir, ça me permet de passer un temps en plus avec lui.
Ce vendredi était donc notre premier lunch à la maison en semaine. Pour le coup, j’avais vraiment envie de faire un bon truc.

BarbaPapa avait acheté des champignons qu’il était amplement temps de manger. Mais je sais que Loulou n’aime (à priori) les champi que lorsqu’ils sont crus. Grâce à nos vacances et une pause chez Paul dans une aire d’autoroute…il m’est venu une idée!

Le risotto…c’est bon mais y ‘en a marre et Loulou n’aime pas. La bolognaise c’est bon mais Loulou n’aime pas plus que cela…Alors, j’ai décidé de tester:

Les crêpes aux champignons, jambon, sauce béchamel!


C’est du total free style mais qui a eu du succès…même auprès de Loulou! Si si, je vous jure!

Les ingrédients:(pour 8 crêpes)
Pâte à crêpes:
Du lait (1/2lt)
3 oeufs
250gr farine
50gr beurre
1 pincée de sel
Béchamel:
100gr de beurre
100gr de farine
1/2lt de lait
sel, poivre, muscade
Fourrage de crêpe:
750gr à 1kg de champignons de votre choix
Jambon cuit (1 tranche par crêpe)
Des lardons. Moi j’utilise les Bacon Allumettes 2,5%MG de Herta (2 barquettes)
Persil
Et fromage rapé


Comment je fais?

D’abord je prépare la pâte à crêpes. Je suppose que t’as pas besoin de la recette, tu sais faire.
Je laisse reposer ma pâte à crêpes et pendant ce temps, je prépare ma sauce béchamel.

Pour la sauce: tu fais fondre ton beurre. Une fois qu’il est fondu, tu ajoutes doucement la farine. Tu mélanges jusqu’à obtention d’une espèce de pâte. Ensuite, sur un feu très bas, tu ajoutes le lait…tu touilles, tu touilles et tu touilles jusqu’à ce que ça épaississe sans faire de grumeaux.
Une fois que la sauce est prête, tu la mets sur le côté.

C’est parti pour le nettoyage/coupage des champignons. Puis hop, à la poêle avec un peu de persil et sel,poivre. (Perso, je mets pas de sel quand je sais que mes enfants vont en manger et on sale dans notre assiette). Je fais cuire un peu les lardons aussi. Je réserve le tout.

Maintenant, il est temps de faire cuire les crêpes. N’oublie pas de faire pré-chauffer ton four. Ici, j’ai mis 200° sur chaleur tournante. j’avais mis à pré-chauffer déjà avant la cuisson des crêpes mais ça, ça dépend des fours.

Une fois les crêpes cuites, tu garnis: une tranche de jambon , une grosse poignée de champignons, une cuillère de lardons. Je referme, je dispose dans un plat pour le four. Je verse ensuite la sauce sur l’ensemble des crêpes et je parsème de fromage rapé.

Cuisson au four:
5 min en mode chaleur tournante + grill et encore environ 5min rien que en grill…mais tout dépend si tout ce que tu avais préparé est resté chaud ou pas.

Verdict?
Loulou a mangé sa crêpe et surtout ses champignons sans râler. Il a même dit que c’était bon. BarbaPapa a trouvé que c’était délicieux et que ça changeait des préparations habituelles . Et moi, pas du tout objective…fière de moi, je me suis régalée!

Bon app !

Dites-moi…vous aussi c’est galère les champignons à la maison? Quelle est votre meilleure recette pour faire avaler les champignons?

J’ai testé la Pochette à Collations

Hello les BarbaFriends…

Souvenez-vous, il y a quelques semaines, je vous présentais le superbe et coloré sac à pain de chez Flax & Stitch. (Vous pouvez retrouver l’article ici → J’ai testé le sac à pain )

f-s-full-logo-shadow-new2

Aujourd’hui, je vais vous présenter une de leurs jolies pochettes: La Pochette à collations!

dav

Quelques informations techniques d’abord:

Dimension: mon modèle (appelé “mini” sur le site) mesure 10×10 .

Il existe un modèle “sandwich” qui lui fait 15×15 et un modèle “snack” de 15x 10.

Tissus: sans BPA , sans PVC

Système de fermeture: un scratch (aussi appelé “velcro”)

Entretien: Lavable en machine ( 60°) ou lave-vaisselle ou à la main.

Petit conseil pour la laver en machine: mettre la pochette à l’envers (motifs vers l’intérieur), scratch fermé et éventuellement dans un sac à lingerie. Cela évitera au reste du linge de venir s’agripper au velcro 😉

Le prix 6,95€ pour mon modèle. 

dav

dav

Pourquoi on aime et on adopte?

  1. Parce que c’est une très belle alternative écologique aux sacs en plastique, aux aluminium, cellophanes et autres emballages “crasseux”.
  2. Parce que ça prend zero place! Une fois que nous avons vidé le contenu, hop, elle rentre dans le sac comme un mouchoir dans une poche. D’ailleurs, si vous partez en balade…ça passe dans la poche de votre veste sans soucis!
  3. C’est léger! Donc: plein comme vide, ça pèsera nettement moins lourd dans le sac de votre poussin. Donc, c’est mieux pour son petit dos 😉
  4. C’est ultra facile d’entretien! Pas de vaisselle à faire comme avec vos tupperwares. Ça passe en machine avec vos essuies, gants etc. J’ai testé et ça n’a pas bougé. Par ailleurs, ça n’a pas décoloré non plus (super bon point)! 
  5. Flax & Stitch propose des tonnes de coloris, motifs différents…J’ai choisi les requins car mon grand Loulou est à fond là-dedans et il était aux anges en découvrant sa pochette. Faut dire que c’est beaucoup plus fun que les tupper

Mon expérience: Testé et approuvé!

Mon Loulou a d’abord testé. Avant de l’emporter à l’école, j’ai voulu m’assurer qu’il savait l’ouvrir. Bin oui, vous pourriez penser “hum, un scratch comme fermeture, pas très fiable”. ERREUR! Le scratch est de très bonne qualité. Il tient bien, même après passage en machine. Il a même fallu que je montre à mon fils “la technique” pour ouvrir car ça tenait bien. Je lui ai donc montré qu’en décollant le scratch à partir du coin, de l’extrémité, c’était plus facile qu’en voulant l’ouvrir en plein milieu. 

Donc, pas de soucis pour mon 4 ans! Je lui ai rempli sa pochette avec des mangues séchées et du raisin. Elle est revenue vide en fin de journée. A ma surprise, il n’y avait pas de traces de quoique ce soit. 

J’ai voulu faire le test à mon tour pensant que … ” Quand même, les raisins vont s’abîmer…”. J’ai donc piqué la pochette de mon fils. J’y ai mis une vingtaine de gros raisins. J’ai glissé le tout dans la poche avant de mon gros sac à dos. Autant dire que c’était bien bringuebalé dans les trains. Quand j’ai ouvert la pochette: BONNE SURPRISE! Les raisins intacts et pas la moindre trace de jus ou d’écrasement! Limite, je peux la réutiliser direct sans la laver. Je crois même que c’est ce que je vais faire. 

Et si je devais comparer avec la toile à collations de chez Simonette à bicyclette.

Bin oui, souvenez-vous…j’avais testé un produit dans le même genre ( ici → Toile à tartines ). Je précise que je compare uniquement avec la toile à collations et non les autres produits. En effet, Simonette à Bicyclette propose une large gamme de toiles enduites. Et j’ai largement adopté certaines d’entre elles (comme celles pour remplacer le cellophane). 

Les 2 marques visent le même objectif: réduire les déchets mais en usant des “techniques”, matériaux différents. Nous pouvons donc dire qu’elles se complètent bien dans notre cuisine. 

Mais concernant les contenants à pique-niques,collations : je préfère la pochette de Flax and Stitch . 

Pourquoi?

  1. Le choix des motifs, coloris est plus “fun” chez Flax & Stitch. En tous cas, si l’on a des jeunes enfants, c’est plus coloré et il y a un peu plus de variétés dans les motifs.
  2. Les prix: ils sont similaires donc ce n’est pas vraiment un critère.
  3. La matière: je préfère la “flexibilité” des pochettes en tissus Flax & Stitch à la “rigidité” des toiles enduites. 
  4. Le système de fermeture: je trouve plus simple (surtout pour les enfants) le scratch de Flax & Stitch plutôt que le bout de ficelle à entourer à un bouton.

Donc…Ici! On aime, on commande…et recommande. Et gardez le blog ou la page FB à l’œil car il se pourrait bien que nous ayons une surprise pour vous 😉

Allez donc voir le site de Flax and Stitch: https://www.flaxandstitch.com

 

 

 

Et chez vous? Quelle alternative utilisez-vous pour éviter les matières nocives à vos enfants et réduire vos déchets? 

Moment lecture: Le dessin magique

Jpeg
Le dessin magique

Ce jour, Loulou et moi, nous vous présentons une belle découverte littéraire. C’est à l’occasion de son 4ème anniversaire qu’il a reçu ce bouquin ( ainsi qu’un autre) de son copain Maxime. 

Il était donc temps que je vous en parle. Et j’en profite pour remercier encore les parents de Maxime qui ont eu cette excellente idée. Faut savoir que mon grand Loulou est un grand lecteur… 

L’histoire en bref sans trop vous teaser:

Barnabé dessine et l’un de ses personnages devient “vivant”. Ce personnage réveille Barnabé pour qu’il le rejoigne dans le dessin afin de mener une certaine mission.

JpegCe qu’on aime:

  • Forcément…l’histoire. Elle a beaucoup plu à Loulou.
  • Moi, j’aime beaucoup les illustrations. Les dessins sont superbes et particulièrement l’illustration du “dessin magique”.
  • L’histoire, sur la fin, permet de faire travailler l’imagination. On peut demander à notre enfant ” Et toi? Tu ferais quoi? ” 
  • Une idée me vient…y aurait moyen d’exploiter en demandant à notre enfant de faire lui aussi un dessin et d’imaginer alors le même genre d’histoire . Mais à faire quand il sait bien dessiner (ce qui n’est pas le cas ici). 

JpegDes infos pratiques:

  • Maison d’édition: Bayard-Editions
  • Collections: Les belles histoires
  • Auteur/illustrateur: Mimi Zagarriga & Didier Balicevic
  • Prix: On nous l’a offert mais je vois le prix français au dos: 5,20€. En Belgique, il est peut-être un peu plus cher (ou pas). 

ADOPTE! Même que ça donne des idées pour des cadeaux futurs 😀

Et vous mes BarbaFriends, vos enfants? Ils aiment lire? Un coup de coeur à nous recommander?

Samedi, on s’active: Bac sensoriel Automne

Cela fait plusieurs fois que je croise des photos “bac sensoriel” par ci, par là. Alors, non, je ne serai pas très originale en vous proposant moi aussi un petit article à ce sujet.

Bon OK, j’avais bien capté qu’il s’agissait de mettre des “objets” divers dans un bac en rapport avec le thème choisi…Je me doutais bien qu’il s’agissait de laisser l’enfant toucher…mais à part ça? Bin oui? A part toucher, sentir, manipuler…je me demandais mais à quoi ça sert?

Vous savez ce qu’on dit “Google est ton ami”. Vous avez la flemme de chercher? Je le fais pour vous 😉

Un bac sensoriel, à quoi ça sert?

C’est une idée qui vient de Maria Montessori. Non, je ne vais pas vous faire un article sur elle. Non je n’irai pas googler pour vous cette fois-ci 😉
Vous ne connaissez pas la pédagogie Montessori? Bon je vais essayer de résumer en quelques mots clés:

  • les 5 sens
  • développement naturel
  • autonomie
  • expérimentation

Donc, le but du bac est de laisser l’enfant explorer les divers éléments en se servant de tous ses sens.

J’ai proposé cette activité à mon 15 mois.
Il pouvait donc toucher, sentir, manipuler, regarder et même écouter. Goûter: il a tenté mais c’était vivement déconseillé lol.

Qu’est-ce que j’ai mis dedans?


L’idéal aurait été de faire une promenade familiale dans les bois, forêts aux alentours. Mais nous n’en avons pas eu l’occasion et maintenant tout le monde est malade donc je préfère éviter de sortir.

Nous avons donc mis des feuilles que mon grand Loulou avait ramassé devant notre maison. J’avais moi aussi ramassé quelques feuilles dans notre jardin.
Ensuite, des marrons d’Inde et leurs “bogues” (capsules) épineuses ramassés sur le parking de la crèche ainsi que quelques bâtonnets de bois.
Loulou avait ramassé des noix lors d’une promenade avec sa classe. Hop, on a aussi mis les coquilles.
Il y avait aussi quelques fleurs mauves de Bougainvilliers cueillies dans la cour de Grand Mami durant notre semaine de vacances.

Déroulement de notre activité:

Etape 1: Laisser la bac à sa disposition et le laisser faire. Il a directement été attiré par les feuilles mortes qu’il s’est amusé à chiffoner, déchirer, décomposer.


Etape 2: Lui proposer des outils supplémentaires. Dans notre cas, ayant la kitchenette Ikea sous mes yeux et y voyant le bordel….Je me suis dit “c’est l’occasion d’éliminer certains éléments”. J’ai donc pris 2 poêles en plastique dont le manche est cassé et la petite pince, et la petite louche trouée de la cuisine Ikea. Il y avait aussi une cuillère en plastique.


Il s’est amusé à transvaser certains éléments du bac vers les poêles, à trier ces éléments dans les poêles, à essayer de les attraper avec la pince (trop compliqué), la cuillère…


Bilan? Il a aimé ou pas?


Et bien, visiblement Petit Pépère Chacha semble apprécier car il m’a fait une petite colère quand j’ai tout rangé. Donc, je vais lui reproposer régulièrement.
Je n’avais jamais fait cela avec mon aîné…Comme quoi, il n’est jamais trop tard pour bien faire.

Et vous, qu’allez vous faire ce week-end?

Lasagne maison façon Loulou

Il y a quelques jours, mon loulou avait décidé qu’il ferait de la lasagne.

Ma foi! Ce n’était pas ce que j’avais prévu mais l’idée me plait.

Par contre je suis surprise…il veut une lasagne façon végétarienne…que des légumes. Si je l’écoutais, nous aurions mis: des carottes, des tomates, des courgettes, des chicons (endives pour les frenchy) , des champignons… Pas top comme harmonie. Mais l’idée des chicons…je me dis que c’est à tenter un de ces 4…

Au magasin, je le laisse choisir les légumes qu’il veut y mettre…sauf que les courgettes sont d’origine espagnoles…et ça, je ne veux pas. Je lui explique qu’ils mettent beaucoup de mauvais produits blabla. On s’oriente alors vers les brocolis.
Du coup, je lui propose du saumon pour mettre avec.

Allez hop! En cuisine. Petit chef enfile sa toque (faite durant des stages et/ou à l’école) ainsi que son tablier.

Il épluche quelques carottes, coupe avec moi ces dernières.
Ensuite , il va “nettoyer” (couper) le brocoli. On met tout ça dans les paniers du cuiseur vapeur.

Pendant que ça (pré)cuit, il place les feuilles de lasagne dans le plat, les tranches de saumon fumé. Ensuite, je lui propose de m’aider à faire la sauce Béchamel…
Il vient peser avec moi: 50gr de beurre (il faut voir un 5 et un 0 s’afficher), 50gr de farine.
Hop…on fait fondre le beurre et on ajoute la farine. Il la verse et moi je touille…Puis, une fois qu’on obtient une petite “pâte”, on peut verser le lait. BarbaMum et Loulou se relaient pour tenir la casserole et mélanger. Un peu de muscade.

Je ne sale rien, volontairement vu que les enfants vont en manger. Chacun salera dans son assiette (enfin, BarbaPapa et moi).

Je coupe les rondelles de tomates et Loulou les met sur le saumon. Les carottes , entre temps, sont cuites. Je les verse sur les tomates. Je coupe la mozza et Loulou la dépose sur les légumes. Il replace ensuite des feuilles de lasagne, des tranches de saumon…
Je verse la béchamel. Et Loulou met la touche finale en râpant (difficilement car le morceau était vieux donc dur) le parmesan.

Hop au four! Et bien…c’était délicieux! On a fait une version brocolis mais pas assez “mouillée”… à refaire, j’ajouterais une couche de fromage ou autre chose pour que ça humidifie le tout afin que les pâtes cuisent mieux.

(Petit récap des ingrédients en-dessous des photos)

Allez…Bon appétit!


RECAP des ingrédients:
Des feuilles de lasagne (sans pré cuisson)
Du saumon fumé en tranches
Des tomates fraîches
Des carottes
De la mozzarella
Des feuilles de basilic
Du beurre, de la farine, du lait, de la muscade
Sel, poivre