Top Women, tu connais? [ chapitre 1]

Coucou les Barbafriends,

Tu le sais, j’ai pour habitude de parler “zero déchet”, activités pour les enfants, lectures, sorties…Mais, comme mon “slogan” le dit, j’aborde aussi le quotidien.

Et finalement, je vous parle peu de mon quotidien à moi et rien qu’à moi.

Ce soir, après une journée pleine d’émotions, de rebondissements , d’expériences en tous genres, je me pause pour vous parler d’une drôle d’aventure. 

Cet article risque d’être long…Mais vu que, parait-il, j’écris plutôt bien, sa lecture devrait passer vite. 

Première question: C’est quoi Top Women?

C’est un concours de “miss” (beurk, j’ai vraiment beaucoup de mal à dire cela car , perso, je ne me suis jamais rêvée en miss). 

C’est un concours de beauté (de nouveau, difficile à dire pour moi, un peu comme si j’avais honte de participer à un tel concours). 

Mais c’est surtout et avant tout un concours qui lutte contre les gros clichés de la mode (Ah ouf, quelque chose que j’ai beaucoup plus facile à dire). L’organisation Top Women c’est démonter (sans forcément que ce soit à l’encontre) les stéréotypes des filles filiformes des magasines. 

Top Women, c’est montrer que Toutes les femmes sont belles ! 

Du coup, ce concours est ouvert à absolument toutes les femmes (seule condition: être majeure) . Petite, grande, mince, grosse, handicapée, âgée, jeunette, … Nous sommes toutes des Top Women!

Comment t’es venue l’idée de te lancer dans cette aventure?

Il y a une nana qui s’occupe , ponctuellement, des enfants de la crèche de petit Pépère qui m’a beaucoup inspiré. Cette fille, un peu ronde comme moi, s’assume à fond et je la trouve super féminine et super sexy. Du coup, j’ai pas mal discuté avec elle. Et c’est ainsi qu’elle m’a parlé de Top Women et à quel point cela avait changé sa vie. 

A l’approche des 40 ans (Bon, ok, il me reste 2 ans mais quand même)…Après des dizaines de “régimes”, de “plans alimentaires”, de “rééquilibrages”  ET 2 grossesses… Comment te dire…

Je commence tout doucement à en avoir ras le bol de “devoir faire attention”, ras le bol de lutter contre mes kilos. Du coup, je me suis dit “Et si tu essayais de t’accepter comme tu es”. Mais, pas facile d’apprendre à s’aimer quand toute ton enfance, toute ton adolescence (et même encore adulte) on n’a cessé de te répéter “fais attention à ce que tu manges, tu n’aurais pas un peu grossi, regarde ta soeur…” 

Cet été, j’ai participé à une soirée “morphologie” (gratuite) avec, ensuite, des essayages (et achats) possibles de tenues. Ma meilleure amie, présente elle aussi, a vu à quel point j’étais mal…Toutes les filles présentes avaient beau me dire à quel point telle ou telle robe m’allait super bien. Moi, je ne voyais que mon regarde négatif sur moi. Et je me suis rendue compte que j’étais incapable de dire “Je m’aime” ou “Je suis belle”. 

Des psys, j’en ai vu. 3 ans de thérapie et cela n’a jamais changé mon propre regard (je te rassure, ça m’a aidé pour beaucoup d’autres problèmes hin). J’ai commencé des séances de kinésio…Mais je n’en suis qu’au début .

Donc, j’ai décidé de tenter cette aventure. J’avais vu qu’ils proposaient plein d’ateliers , coachings pour renforcer l’image de soi etc. 

Donc, fin septembre, me voilà sur le pc à envoyer un petit selfie pour poser ma candidature. 

IMG_20190917_091749

Inscription faite et ensuite? Le casting?

Et bien, mon beau petit selfie a été envoyé sur la page FB. J’ai eu alors un petit mail confirmant mon inscription. 

Les 20 filles avec le plus de like sur leur photo étaient sûres d’avoir une place en “quart” de finale autrement dit: à la grande sélection.

Hop, je reçois un mail, je suis pré-sélectionnée. J’embarque dans ces présélections une ex-collègue et une copinaute du net. 

Nous voilà début octobre, rendez-vous au Château du Lac de Genval. Je rencontre 2 très chouettes nanas. L’une d’elle est ma co-voiturée (je sais, ça se dit pas mais tu sais bien…je suis une créamotrice 🤣 )

Là, on répond à quelques formalités administratives. Vient ensuite une présentation power point du concept. Puis, “Cheeeeese”. Nous voilà à prendre la pause de face, de profil (en mettant bien les nichons en avant si possible, lol. Non, j’exagère, je te rassure). 

On nous parle aussi de sponsoring… Là, ça commence à bugguer chez certaines (dont une collègue dont j’ignorais la participation). On en voit donc quitter la salle à la simple évocation du mot “sponsor”. Perso, je ne me laisse pas “démonter”, je suis sûre de moi, même pas peur!

Reste encore à passer devant le jury. Oh, no stress, c’est pas un examen oral. Et ce n’est pas individuel. En groupe d’une dizaine de gonzesses, nous voilà à devoir répondre à 2 ou 3 questions simples (genre motivation et tout le tralala habituel quoi) chacune à notre tour. 

Enfin, il est venu le moment de décider si oui ou non tu te lances. Signature de la convention (ou pas). 

Je signe et retour casa assoiffée et affamée. Oui, c’est mon petit bémol. L’organisation a prévu des bonbons en guise de grignotage mais a oublié de nous dire que aucun sandwich etc n’était prévu. Et vu que j’avais rendez-vous vers 12h30, je peux te dire que à 15h30, je crevais de faim et de soif (ayant oublié ma bouteille d’eau dans la voiture). 

Parce que, second bémol: les boissons , bin , fallait les payer. Et vu qu’on était dans un hôtel, je te laisse imaginer le prix des boissons (3€ le coca). Bref. c’était un dimanche et il allait nous falloir patienter jusqu’au mardi pour connaître le verdict. 

72482911_2491238277619289_9210893593491800064_n

Sélectionnée pour la demi-finale? A quoi t’attendre?

On est début octobre et ça y est! Le mail est tombé: “félicitations, tu as été choisie pour la demi-finale “blablabla…Tu imagines bien tous les gentils petits mots, tous les encouragements qui peuvent remplir les lignes suivantes. 

Bref, je suis super contente, très fière de moi…MAIS, oui, il y a un mais!

Les SPONSORS! Parlons-en un peu même si on n’aime pas trop cela. 

Si tu veux vraiment aller en demi-finale , tu DOIS trouver 9 sponsors! Une case vaut 115 € TVAC . C’est là que viennent les “han wais quand même”. C’est aussi là que tombent les premières réactions ultra encourageantes et positives (mode ironique activé) telles que: “Mais c’est une arnaque! M’enfin, pourquoi des sponsors, ça pue ton truc…Tu ne vas quand même pas faire cela”. 

Oui, tu le vois mon big smile en entendant tout cela (encore en mode ironique, tu as compris) Puis bon, tu discutes avec d’autres potentielles Top Women…Et on s’accorde pour se dire que “ça fait beaucoup d’argent, mais où va cet argent “blablabla. 

Du coup, je cogite, je cogite encore et encore. Les deux filles rencontrées à Genval lâchent l’affaire. Mon ex-collègue lâche l’affaire. Ma collègue, elle, a carrément laisser tomber le jour même à Genval. 

Du coup, j’hésite encore plus et je me sens bien seule.

J’appelle mon premier sponsor: mon ami et coiffeur. J’entends que 115 €, contrairement à ce que je pensais, ce n’est pas une petite somme. Boum, je tombe des nues. Et je prends conscience que la recherche de sponsors ne sera pas aussi aisée qu’espérée. Mais, même si il est d’accord, il insiste sur le fait qu’il le fait “pour moi, pour me faire plaisir”. 

Cette discussion me perturbe à nouveau et me laisse encore dubitative. Comme l’une des filles qui a abandonné, je me dis à ce moment là: “J’ai pas envie de prendre de l’argent à des gens juste pour me “payer” des coachings. J’ai pas envie que les gens investissent de l’argent pour moi, pour que je me sente mieux” . 

Je suis sur le point d’abandonner quand me vient l’idée de reparler de cela avec N. (la fille qui a participé au concours). Elle me renvoie une vague super positive et m’encourage vivement à le faire en faisant abstraction de l’aspect sponsors.

Dans l’hésitation, je rappelle mon ami et 1er sponsor. Et je lui explique mon “malaise” lié à cet aspect “business” . Il me rebooste et m’encourage vivement à le faire car il est convaincu que cela pourra me faire du bien. (Il me connait depuis que je suis gamine et donc il connaît aussi mes complexes). 

Mon meilleur ami me dit aussi que :c’est normal qu’il y ait de l’argent en jeu, ça reste une “entreprise” et que probablement qu’elle doit faire du bénéfice pour vivre. Cet aspect “argent” , lui, ça ne le choque pas. 

Il est temps de me décider car nous devons avoir au moins 2 sponsors (dont au moins 1 déjà payé) pour la 1ère rencontre (ce 20 octobre). 

Après quelques nuits de réflexions (autant te dire que cela ne m’a pas aidé à sortir du mode zombie dans lequel je suis) , j’ai décidé de penser à moi et de le faire!

Je sais que cette aventure va m’obliger à prendre du temps pour moi (chose que je ne fais plus depuis que je suis maman, autrement dit 5 ans déjà à m’oublier). 

Je sais que cette aventure va probablement me réconcilier avec mon corps (du moins, je l’espère). 

Alors, j’ai décidé d’être un peu égoïste. Je me mets dans la tête ce petit mantra: “si un sponsor accepte c’est qu’il y trouve son compte quelque part “(soit la déduction niveau impôts soit, la publicité). Mais , il est vrai que mes 2 premiers sponsors ne le font pas vraiment pour ces points . En tous cas, pas C.  

Alors, je me mets une deuxième “idée” en tête: “Si un sponsor, plus ou moins proche, accepte parce que c’est moi, c’est qu’il croit en moi“. 

C’est donc après m’être répétée plusieurs fois ces 2 petites phrases durant quelques jours, que j’ai pris enfin mon courage à 2 mains pour partir à la conquête de sponsors.

La première rencontre approche, je fais le point sur mes sponsors.

J’ai trouvé 3 sponsors! Deux ont déjà payé (je le sais car j’ai eu la preuve de paiement). La troisième, je ne sais pas encore. Ma troisième sponsor, je ne la connais pas. Je suis allée frapper à sa porte “au culot” en expliquant la démarche etc. 

Il s’agit d’un centre d’esthétique où je n’étais pas cliente. Je mets expressément à l’imparfait car, avec cette découverte et son sponsoring, je peux affirmer que dorénavant, je serai sa cliente (mais chuuuut, je compte bien lui faire la surprise en bookant un premier rdv rapidement). 

Il se trouve que, quelques jours plus tard, elle m’avoue être embarrassée car elle a dû refusé de sponsoriser une autre fille qui, elle, était déjà cliente.

Et bien, devine quoi! Cette autre nana, j’ai fait du co-voiturage avec elle ce jour! Je te dis pas comment j’étais morte de gêne quand elle m’a raconté “sa version”. Je lui ai donc dit “bin, en fait, la fille c’est moi, désolée”. En même temps, ça fait partie “du jeu”. 

J’ai eu le même coup, dans une autre boutique mais cette fois, en sens inverse. La patronne a dû me refuser car elle sponsorisait déjà une autre fille.

C’est le “hic”, on est nombreuse sur la même région donc forcément…ce sera la première arrivée, la première servie. Et puis surtout, je me rends compte avec le nombre de refus, qu’il va falloir ratisser large, très large. 

Nous voilà le 20 octobre! Première rencontre Top Women

Nous sommes en “petits” groupes . Il y a 4 groupes le matin et 4 l’après-midi. 

Il y a 4 ateliers . Je ne divulguerai pas trop à ce sujet car “secret professionnel”. 

Un atelier: “escarpins” . Logique me diras-tu. Tu vas devoir défiler , ça ne s’improvise pas.  Perso, c’est l’atelier qui m’a mis le plus mal à l’aise. Je t’expliquerai tout cela plus tard. 

Un atelier: “morphologie”. Je n’ai rien appris de neuf, ça confirme ce que je savais déjà (grâce aux autres ateliers du genre auxquels j’ai déjà assisté). Je suis en H .

Un atelier “révélation”. Ouh, alors, là, on aurait pu renommer cet atelier par “atelier larmes” ou encore “séquence émotions”. Je n’en dirai pas trop. je vais juste te dire qu’il a fallu se mettre “à nu” et ce n’était pas évident pour beaucoup. C’était aussi l’occasion d’expliquer un peu ses motivations. 

Un atelier “faire ressortir sa beauté”: Un petit power point, quelques conseils pour nous aider au quotidien à faire ressortir le positif. 

Alors? Comment c’était cette première journée? 

Après les 2 premiers ateliers (je précise que ce n’était pas dans le même ordre pour chaque groupe), à chaud, j’avais juste envie de tout abandonner. 

J’ai été très décontenancée par l’atelier escarpins. Plusieurs nanas semblaient si sûres d’elles, d’autres avaient l’air d’avoir fait cela toute leur vie…que, mon tour venu , je me sentais comme un cheveu dans la soupe. 

J’ai eu l’impression que pour certaines filles, c’était un rêve d’enfant que de défiler. Moi absolument pas. J’ai aussi pris conscience que j’étais inscrite dans un concours de “miss”. Donc, prise de conscience que va falloir défiler. Sur le coup, j’ai été emparée de doutes quant à l’envie de faire cela.

Second atelier , on nous annonce les tenues à porter pour le défilé de la demi-finale. 

Certaines tenues seront prêtées mais à ma grande surprise, la tenue la plus “importante” (du moins à mes yeux) doit venir de nous mêmes. La tenue de soirée! Non mais là, je suis sous le choc. Je pensais que si il y avait bien une tenue qu’on nous prêterait , ce serait celle-là. Je me dis que, pour le coup, nous ne seront pas toutes égales avec la tenue de soirée. Ok, je peux emprunter, louer, venir en petite robe, venir en combinaison…tant que ça fait tenue de soirée. Mais bon, j’ai pas envie d’avoir l’air bête en simple robe noire à côté d’une fille qui serait dans une robe de princesse. 

Du coup, rebelote…les interrogations quant à l’utilité des sponsors refait surface…Mais pas le temps d’y penser, on nous rappelle pour les deux derniers ateliers.

L’atelier révélation…je me rends compte que ces filles qui avaient l’air super à l’aise dans l’atelier “talons” , sont plus fragiles que ce qu’elles ont l’air.

Mais une fois de plus, lors de cet atelier, je ne me sens pas à ma place. Je les écoute attentivement. Je me rends compte que bon nombre d’entre elles sont des “accidentées de la vie” (femmes battues, violées, sans emploi, en guérison, maman solo, etc etc). Là, je prends “conscience” que je ne suis pas si mal lotie.  Je réalise que je n’ai pas trop de quoi me plaindre: un boulot, des enfants, la santé, un compagnon aimant… En fait, ça va . Une autre nana, visiblement comme moi, nous fait remarquer que “tout va bien dans sa vie” et que elle culpabilise un peu devant les autres filles de dire que “tout va bien”. Ouf, je me sens nettement moins seule.

Il est temps de rentrer. Nous faisons un petit débrief sur la route avec ma co-voitureuse. On est sur la même longueur d’ondes à peu de choses près. Certains aspects très “girly” ne sont pas trop notre truc. D’autres détails nous gênent mais pas outre mesure. 

Perso, j’ai eu l’impression avec certaines actions, de faire partie d’un groupe un peu style “alcoolique anonyme” ou “sectaire”… Tu sais , ces groupes où on te fait répéter tout le temps les mêmes slogans ou cris de guerre 😉

Mais, la pression retombée, les émotions recueillies, le calme revenu (parce que faut avouer que autant de nanas qui jacassent, ça en fait du bruit)…Je retrouve mes esprits.

J’ai décidé de “dormir dessus”, surement d’en discuter davantage avec certaines personnes .

Alors la suite, si je continue? Qu’est-ce qui m’attend?

Bien déjà pour continuer, il faut trouver 3 sponsors supplémentaires. 

Puis, on sait que le Parrain “David Jeanmotte” sera présent…ça, ça motive beaucoup d’entre nous,lol. 

Pour le reste, surprise…

La suite est ici .

En attendant, je peux déjà dire MILLE MERCI à mes 3 premiers sponsors:

AXIOME Coiffure (mon ami Cédric); Voici sa page FB

ALLEGEONS NOTRE VIE (ma home organiser Ingrid dont je t’ai déjà parlé ici et

ODALIS , centre d’ésthétique et de bien-être tout près de chez moi. En attendant que je t’en parle davantage, tu epux déjà visiter sa page FB ou son site

 


14 thoughts on “Top Women, tu connais? [ chapitre 1]

  1. tu as raison si ça peut te faire du bien. pour la recherche de sponsors axe bien sur la pub que tu peux leur faire, via le concours et via tes réseaux, ça peut les motiver 😉

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s