Top Women: Chapitre 4 (Photos et Solidarité)

Hello los BarbAmigos, qué tal? Como estas? Toti va bene?

Ok, j’arrête l’intro multilingue bidon. 

Aujourd’hui, je vais te partager 2 choses ultra importantes de cette aventure Top Women. 

Comme le titre l’indique, je te parlerai d’abord de la découverte des photos du shooting. 

Ensuite, j’aborderai avec toi l’énorme solidarité qui existe dans cette aventure humaine. 

Ce sera un article sans vraiment d’illustrations car , pour des raisons d’effet de surprise, il nous est interdit de vous montrer des photos dans la tenue choisie. 

Je vais donc partager avec toi mes émotions très fortes de la “révélation” du shooting pour notre affiche. Malheureusement, vu que je ne peux pas te partager ces photos, tu ne pourras pas “juger” par toi-même (en tous cas pas tant que les affiches seront sorties) si j’en fais tout un foin pour rien ou à juste titre. 

Les photos 

⚠⚠⚠ Bon, si tu veux de la joie,de la bonne humeur (c’est bon je t’ai mis la chanson en tête?) commence par lire le point “solidarité” avant celui-ci.

Après avoir attendu avec beaucoup d’impatience mais aussi d’appréhension, au bout d’une bonne semaine, le mail est là. 

Comme beaucoup d’autres filles, j’ai un peu peur de découvrir mes photos. 

Pour ma part, la découverte va confirmer mes craintes. 

Attention, je précise et insiste sur ce point, je ne fais que partager mon ressenti, mes émotions. 

C’est la douche froide ! Je suis au taf quand je découvre mes photos, je fais mon dernier train. C’est relativement calme. Y ‘a un peu de monde mais raisonnable. Je découvre les photos quelques minutes avant le départ. Première erreur de ma part. J’aurais dû attendre d’être chez moi. 

Le choc émotionnel est tel que j’en ai les larmes aux yeux. Et non, ce ne sont pas des larmes de joie. Je suis sur le quai et, pour le coup, je suis bien incapable de sourire aux voyageurs. Je dois faire face, je ne peux pas craquer, pas maintenant. Alors, je ravale ma peine et mes larmes et m’en vais donner le départ. Forcément, très vite, la migraine s’empare de moi (comme à chaque fois que je bloque ma tristesse). 

Le coeur n’est pas vraiment à la tâche. C’est sans aucune conviction que je passerai dans ce train. Je ne cesse de penser à ces horribles clichés. 

Arrivée au dépôt, à la fin de mon service , je partage difficilement ma tristesse avec 2 ou 3 collègues (masculins). Le fait d’en parler, m’apaise temporairement…Je monte à bord de ma voiture pour rentrer chez moi et là…je lâche prise. 

Ma voiture me sert à la fois de secrétariat (je passe quasi tous mes coups de tél au volant grâce au kit mains libres intégré) . Mais ma titine me sert aussi de cocon pour pleurer quand je suis méga triste. Parce que je sais que, là , personne ne me verra et personne ne me dérangera. 

ce-2008-deuxieme-du-nom-adopte-des-traits-bien-plus-aceres-quauparavant
Photo d’illustration…même modèle que moi à peu de chose près.

Il est tard, je suis malade et morte de fatigue. Je décide de dormir “dessus” . La nuit porte conseil dit-on. 

Le lendemain, je regarde à nouveau les photos. L’effet qu’elles me font reste le même. Je suis choquée de mon image. Je me prends mes kilos en pleine face (pour rester polie). 

Je sais que je suis (trop) grosse, en surpoids…Mais, je ne me voyais pas grosse comme ça. Je me préfère en vrai ou en selfie que sur ces photos. 

J’ai honte. Je dois choisir une photo parmi la dizaine. Cette photo sera celle de mon affiche. L’affiche devra donner envie aux gens de voter pour moi afin que je puisse continuer l’aventure. 

J’ai beau regarder toutes ces photos, aucune ne me plait. Je choisis, par dépit, “la moins pire”. Et je me dis “quelle honte, jamais je n’oserai afficher ces affiches”. J’avais pensé mettre des affiches dans tous les dépôts de wallonie en espérant pouvoir compter sur les votes de mes collègues. Mais, là, je doute. Je me dis que ce n’est pas possible de m’afficher de cette manière sous les yeux de mes collègues, ni même des gens que je connais et à qui je vais devoir distribuer des flyers. 

Je me fais honte. J’ai honte de ne pas avoir su contrôler mon poids quand il le fallait. J’avais déjà été loin dans la prise de poids , il y a de nombreuses années. Je m’étais promise à l’époque (après une grande perte de poids via un régime hyper protéiné) de ne plus JAMAIS oh grand jamais revenir à cet état. Pari perdu. Ce jour, avec les photos, je constate que je n’ai pas tenu ma promesse. C’est une claque que je me prends et qui fait mal. 

Des larmes couleront encore quelques jours. Avec ces larmes, viennent aussi des remises en question quant au travail du photographe. Bien sûr qu’il n’est pas responsable de mes kilos. Mais je regrette qu’il n’ai pas su me conseiller une (ou des) pause(s) qui m’aurait mieux mise en valeur. Je n’ai que des photos de profils. J’aurais aimé voir des photos de face. Qui sait, si ça se trouve je me serais mieux appréciée. 

Tu dois sans doute te dire, comme moi d’ailleurs, que cela devrait me booster, me motiver à me reprendre en mains…J’en ai beaucoup parlé avec ma coach diététicienne… Et bien, la motivation reste assez “légère”. Je me sens fatiguée de devoir faire attention à mon alimentation, c’est un “poids” pour moi. Mais d’un autre côté, ma santé est en train doucement de sentir les effets néfastes de ces kilos. 

Je cherche donc la motivation, le déclic, l’énergie pour encore et encore reprendre une alimentation saine. 

7543ps4w

La solidarité!

Bon, ce point ci sera nettement plus joyeux, plus positif!

Yes! J’espère que tu es encore là petite lectrice ou grand lecteur…

Une des valeurs fortes qui est prônée, répétée tout au long de notre parcours Top Women est la solidarité. 

Comme je te l’ai déjà expliqué , nous sommes en groupe. Dans le groupe auquel j’appartiens (car , oui, oui, clairement on peut parler d’appartenance telle une meute de louves), cette valeur est sans nulle doute une Top Valeur. 

Tu le sais (puisque je t’en parlais ici et ), nous avons toutes besoin de sponsors. Mais trouver ces sponsors n’est pas chose aisée. Pour certaines filles plus timides, moins sûres d’elles, c’est même un challenge très compliqué à mener à terme. 

Nous avions , qui plus est, des délais bien précis à respecter. 

Il se trouve que, plusieurs topines de notre équipe, n’ont pas réussi à obtenir tous les sponsors requis pour les dates buttoirs. Heureusement, la direction a accepté de prolonger encore un petit peu. 

Du coup, toutes les filles qui avaient obtenu tous leurs sponsors se sont mobilisées pour les autres. Nous avions toutes envie de poursuivre cette aventure au complet (ou presque puisqu’il y a eu des abandons pour diverses raisons) . 

Alors, de fil en aiguille, nous avons chacune, à notre façon , lancé des petites actions pour récolter des fonds pour les autres filles. 

Ventes de biscuits, ventes de gel douche, massages… Tout y est passé (non, pas la vente de nos corps quand même 🤣). Nous avons fait les comptes et nous avons aussi constaté que pour la toute fin, si chacune d’entre nous versait un petit quelque chose de sa poche, nous allions atteindre notre but. 

C’est donc en moins d’une semaine que nous avons soulevé des montagnes et récolté pas loin des 500 € (peut-être même plus, je ne sais plus) pour les topines. On se croyait dans le télévie (ou téléthon pour les barbafriends français). Deux d’entre nous géraient la compta et nous faisaient régulièrement le récapitulatif. 

Chaque jour, on voyait la somme à atteindre diminuer de plus en plus. Quelle joie immense nous a envahie quand on découvert que nous avions pu sauver toutes les topines du groupe! 

Jamais je n’aurais cru cela surtout venant de femmes . Parce qu’avant cette aventure, je faisais peu confiance aux femmes (et pourtant j’en suis une, je sais). Je craignais que l’esprit de compétition prenne le dessus et Top Women ( en particulier le groupe Charme) m’a prouvé le contraire. 

Et pourtant, dans le groupe, bon nombre de femmes ne roulent pas sur l’or. Je peux même dire que certaines ont des situations financières et familiales très difficiles. Et malgré tout, elles ont su faire preuve de créativité et de générosité pour aider les autres. 

Alors, rien que pour ça, je suis heureuse de participer à cette aventure. 

Et je suis fière d’appartenir à ce petite groupe de femmes exceptionnelles et généreuses. 

PS: Les autres chapitres sont à lire ici → ch.1 , ch.2 , ch.3 

received_353936458803911 (640x480)
Une grosse partie de mon groupe et quelques autres filles

4 thoughts on “Top Women: Chapitre 4 (Photos et Solidarité)

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s